CONSÉQUENCE DE LA CRISE ANGLOPHONE : L’ELITE BAMILÉKÉ REVENDIQUE DES NOMINATIONS AU GOUVERNEMENT ET DONNE RAISON AU PROFESSEUR OWONA NGUINI.

Marie Serges ZAKOUDA 02 Nov 2017 Politique

Owono Nguini : « il n’y’a pas de problème anglophone. » Dans une lettre ouverte à Paul Biya, le LAAKAM, qui est une classe de hauts dignitaires et gardiens de la tradition des

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

ilékés, a décidé de dénoncer ce qu’il qualifie de discrimination. Une discrimination qui touche selon le LAAKAM une ethnie, les Bamilékés. En effet, selon ce regroupement, les Bamilékés ont depuis un certain temps ualifie de discrimination. Une discrimination qui touche selon le LAAKAM une ethnie, les Bamilékés. En effet, selon ce regroupement, les Bamilékés ont depuis un certain temps commencé par ne plus être représentatif dans les sphères de la république du Cameroun. Le LAAKAM s’est beaucoup plus appesanti sur les dernières nominations faites au ministère de la communication. Un décret signé par le

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous
Pas encore abonné(e) ?
Rejoignez-nous

Articles Similaires

Commentaires

    Laissez un Commentaire