POURQUOI ETRE POLYGAME?

William TADUM TADUM 04 January 2018

Plusieurs motivations confortent la pérennisation de cette forme d’union malgré la modernité et son lot de mouvements d’émancipation.

Au rang des multiples mobiles qui contribuent à perpétuer la pratique de la polygamie au Cameroun, la religion musulmane plus précisément est régulièrement évoquée en première position. Ici, le Coran, le livre sacré, autorise l’homme à avoir jusqu’à quatre femmes. La sourate 4 en son verset 3 recommande d’épouser : « deux, trois ou quatre femmes parmi celles qui vous plaisent ». Une telle disposition des choses offre l’opportunité « aux hommes attirés par d’autres femmes de pouvoir les épouser, s’ils le souhaitent. Cette sourate cependant vient simplement renforcer les pratiques traditionnelles, et les envies, car bien avant l’arrivée du Coran, nos ancêtres pratiquaient déjà la polygamie », déclare fièrement Ousmanou Baba, polygame de trois femmes.

Pour les sociologues, il n’y a pas que les prescriptions dogmatiques qui argumentent en faveur de l’adoption de plusieurs conjointes par un homme. Les motivations associées à cette pratique ont également des fondements socioculturels.  «C’est une question d’us et coutumes africaine. Personnellement je suis originaire de l’Ouest et chez nous les Bamiléké, quand tu es monogame, tu n’es pas marié. Les fils de cette région ont tendance à faire comme leurs parents. Par ailleurs, Il y a encore des parents qui forcent leurs filles à épouser des gendres riches afin de pouvoir jouir des privilèges pécuniaires et s’en vanter auprès de leur entourage », explique le Dr. Pinghane Yonta Achille, enseignant au département de sociologie de l’université de Yaoundé I. Selon ce spécialiste du Genre, des populations et du développement, « dans un contexte local où le mariage est difficile, où la pensée populaire soutient que les femmes vieillissent plus rapidement que les hommes, à partir de 30 ans, les jeunes filles sont stigmatisées, pointés du doigt. Elles commencent à s’interroger, développent le complexe dit de « vieille fille ». Dès lors, elles se sentent contraintes d’accepter les propositions polygamiques parce qu’il faut à tout prix être dans un foyer afin d’être considérées et appelées madame tel ».

De connivence avec cette réflexion, la psychologue Ayissi Marcelle va plus loin en soutenant que : « les jeunes femmes attirées par la polygamie sont le plus souvent celles qui n’ont pas de travail et préfèrent épouser un homme plus âgé qui va l’aider à subvenir à ses besoins physiologiques ».

 

Dossiers Similaires