OÙ SONT PASSÉS LES 10 MILLIARDS OCTROYÉS À LA BC-PME ?

Marie Serges ZAKOUDA 22 Sep 2018 ECONOMIE

C’est la question que tout le monde se pose au lendemain de l’annonce faite par le Fonds monétaire international, une des institutions de Breeton woods.

En effet, la Banque camerounaise des Petites et moyennes entreprises est une structure financière «insolvable» après seulement 2 ans de mise en service avec un budget de 10 milliards. Chose curieuse, les caisses de cette structure censée redynamiser le secteur des PME camerounaises sont vides. Au lieu d’accompagner financièrement et de manière suivie les promoteurs d’entreprises, Madame Agnès Ndoumbé et ses collaborateurs auraient distrait les fonds pour des fins encore inconnues.

Le grand paradoxe dans cette histoire, c’est que ce verdict tombe au moment où les responsables de la banque camerounaise crient à ceux qui veulent les entendre qu’elle dispose de 76 milliards de FCFA pour le financement des projets.

En réalité, le classement de la banque camerounaise des petites et moyennes entreprises parmi les structures financières insolvables se justifie par l’accord triennal signé entre le Cameroun et le FMI en juin 2017. Un accord qui a permis au Cameroun de bénéficier d'un concours financier de 450 milliards de FCFA, dont 390 milliards de FCFA en juin et près de 60 milliards de FCFA en décembre dernier, dans la cadre du programme triennal sur la Facilité élargie de crédit (FEC).

Cette situation intervient alors non seulement l’État camerounais s’est beaucoup investit pour la mise sur pied de cette banque, mais y a également mis beaucoup d’espoir car depuis sa création l’objectif de cette banque avait été clair : mettre à la disposition des PME des possibilités de financement de leurs activités, surtout face à la résistance que leur opposent les banques commerciales, notamment pour l'accord de crédits. Et surtout que les PME représentent plus de 90% du tissu économique camerounais.

Cet état « moribond » de la banque des PME, contribue aussi à la situation aussi morose que traverse une bonne partie des PME camerounaises ces derniers mois. En effet, en deux ans, madame la directrice, Agnès Ndoumbé n’a accompagné aucune PME. Or toutes les PME camerounaises ont un problème commun, celui de l’accès au financement. Car, en vérité l’Agence de promotion de petites et moyennes entreprises joue pleinement son rôle qui celui d’accompagner.

Cependant la question reste intacte. Comment une structure financière, lancée, il ya seulement 30 mois, et dans laquelle l’État y a injecté environ 10 milliards de FCFA, et qui déclare disposer de 76 milliards de FCFA pour financer les projets peut être déclarée « insolvable » au même moment ? Un dicton ne dit-il pas qu’ : « impossible n’est pas camerounais ».

D’ailleurs, de sources bien introduites, le chef de l’État aurait demandé le départ de la directrice de la BC-PME.

 

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha