TRAIN DE VIE EXORBITANT DE L’ÉTAT : PLUS DE 90 MILLIARDS DE FCFA DÉPENSÉS PAR PAUL BIYA DANS SES SÉJOURS PRIVÉS.

Marie Serges ZAKOUDA 22 Oct 2018 POLITIQUE

C’est ce qu’il faut retenir du rapport d’enquêtes publié ce 18 février 2018 par l’Organize Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), un partenaire à Transparency International et à Global Anti-Corruption Consortium.

En effet, après avoir consultés les documents officiels à l’occurrence du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune faisant état des déplacements de Paul Biya, son épouse Chantal et la pléthore des membres qui l’accompagnent ; les journalistes Vlad Lavrov, Marie Maurisse, Christian Locka et Félix Cyriaque Ebolé Bola sont arrivés à la conclusion que ces voyages privés du chef de l’État constituent une véritable fièvre hémorragique qui ruine le Cameroun.

Comment comprendre que l’homme qui s’est donné pour mission d’apporter la démocratie et l’émergence au Cameroun puisse en 35 ans de règne effectué plus de 1645 jours hors de son pays ? Plus explicitement, Paul Biya a passé en dehors de l’hôtel Intercontinal de Genève, 650 jours au bord de Leman, 372 jours en France et 301 jours aux États unis d’Amérique. Signalons que seulement à l’hôtel Intercontinental une journée s’élèverait au bas coût 20 millions de francs CFA. Ceci sans compter les dépenses liées à la gastronomie, les divertissements, les locations d’avions et autres comme les frais de mission.

A en croire certaines sources aux faites du palais d’Étoundi, à chaque voyage, le chef de l’État offrirait à chacun des 50 membres de sa suite des bons d’achats en guise de primes et de les affecter au compte du Cameroun afin d’éviter la douane et les charges liées au transport. Certes, il est vrai que la présidence est exempte de toutes ces commodités et de sur quoi ses commandes lui sont livrées à domicile.

Voilà donc autant de choses qui pousseraient les camerounais au soulèvement. Car pendant qu’au Cameroun, il manque des médicaments dans les centres de santé, des établissements de renom, des infrastructures routières et que les employés n’ont pas de salaire ; une poignée d’hommes se la coule douce en dépensant des sommes mirobolantes dans des séjours privés qui n’aident en rien le Cameroun.

Cependant, il faut signaler que depuis le début de l’an de grâce 2018, le coupe présidentiel n’a pas encre effectué de sortie hors du Cameroun. Ses déplacements oscillent entre Yaoundé et Mvomeka’a son village natal. Espérons que cela dure.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha