MUNICIPALES 2020 : EDZOA JEAN MARIE BERVOIS, COORDONNATEUR SDF A L’ASSAUT DE LA MAIRIE DE YAOUNDÉ III

Marie Serges ZAKOUDA 14 Aug 2019 POLITIQUE

EDZOA Jean Marie Bervois:« Ceux qui sont aux affaires depuis 1987, n’ont rien apporté aux populations à part le tribalisme. »

Depuis votre installation le 18 janvier 2019 en tant que Coordonnateur SDF CE de Yaoundé III, le Front Social-Démocrate ne cesse de multiplier des campagnes de proximité auprès de son électorat. Des actions qui n’étaient faites par le passé. Quels sont les objectifs de ces campagnes de proximité ?

Parlant justement de ces campagnes de proximité dont j’ai la lourde responsabilité de diriger avec mon bureau de la coordination, elles ont pour objectifs de redynamiser par une forte sensibilisation, mobilisation, information et recadrage de nos camarades et nos militants du SDF indécis et surtout déçus par la précédente élection présidentielle.

Monsieur le Coordonnateur, c’est un secret de polichinelle au Cameroun que l’année 2019 sera marquée par les élections multiples notamment par les municipales. En tant que Coordonnateur SDF CE Yaoundé III, seriez-vous candidat à la Mairie de Yaoundé III ? Si, oui qu’est-ce qui vous motive ? 

Tout à fait, je serai candidat à la Mairie de Yaoundé III pour le compte de mon parti le SDF. Vous-même regarder cette mairie ; elle est gérée par une seule famille depuis plus de 27 ans or les populations de notre Arrondissement sont composées de plusieurs ethnies qui cohabitent ensemble. On y retrouve des Ewondo, Bamilékés, Etons et une forte communauté anglophone. Pour ma part, je trouve qu’il faudrait changer cette hégémonie. Ceux qui sont aux affaires depuis 1987 n’ont plus rien à apporter aux populations à part le tribalisme. Pourtant nous ne devions plus être dans ces petites guéguerres dues aux appartenances tribales. Nous sommes tous des Camerounais.

Que comptez-vous concrètement apporter aux populations de Yaoundé III ?

Si je suis élu Maire, mon équipe et moi seront là non pour nous servir. Mais comptons travailler au quotidien pour redonner la vie et l’espoir des lendemains meilleurs aux populations de Yaoundé III en leur offrant un environnement sain où l’hygiène et salubrité s’imposeront à tous. Vous savez que les rues de notre arrondissement sont devenues des poubelles et l’éclairage public est inexistant. Ce qui rend très difficile la vie de nos populations. Le temple du savoir de Ngoa-Ekelle, par exemple est logé dans une immondice d’ordures pas possible. Ce qui accentue le risque de maladies. Nous ferons tout ce qui sera de notre possible pour assainir notre arrondissement et créer un cadre où il fait bon vivre.

Dans le même sillage, quand on sait qu’au Cameroun les jeunes sont en proie au chômage, au sous-emploi, aux jeux de hasard, à l’homosexualité etc. monsieur le Coordonnateur, quelle place comptez-vous donner à la jeunesse camerounaise de votre arrondissement qui semble oubliée par le régime actuel ?

Le chômage, le sous-emploi, l’homosexualité et leur précieuse trouvaille ; les jeux de hasard sont le quotidien de la jeunesse camerounaise. Trop souvent taxée de « fer de lance de la Nation » mais elle est abandonnée à elle-même. C’est dommage quand on sait le potentiel que représente la jeunesse dans ce pays. Dans mon projet de société que je dévoilerai dans quelques jours, la jeunesse est ma principale préoccupation. Je compte tout de même….

Finissons par là si vous le voulez bien. Les membres de l’opposition camerounaise font l’objet de nombreuses arrestations. Quel regard portez-vous à cette situation ?

Je suis désolé, c’est l’échec de notre « démocratie ». Il faut que nos gouvernants nous expliquent si nous sommes dans une république ou un royaume. Je demande une libération immédiate et sans condition de nos camarades de lutte.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha