MONSEIGNEUR L’ARCHEVÊQUE WASSI JEAN JULES : « NOUS CÉLÉBRONS MÊME LES MARIAGES DES DIVORCÉS QUI SOUHAITENT SE REMARIER À L’ÉGLISE »

Propos recueillis par Aude BOUNOUGOU. 12 Sep 2019 SOCIÉTÉ

Monseigneur nous sommes fiers de nous avoir accordé un peu de votre temps. Pouvez-vous vous présentez aux nombreux lecteurs de primeur hebdo ?

Je suis Monseigneur l’Archevêque Wassi Jean Jules, responsable de l’éparchie orthodoxe apostolique de France en Afrique centrale et je suis fondateur de la congrégation Saint Cyprien et Sainte Rita d’Afrique.

Vous êtes de l’Église orthodoxe apostolique de France en Afrique central. Quelle votre particularité ?

Ce qui nous distingue des autres Églises est visible à travers les pratiques religieuses que nous promouvons dans notre communauté. Chez nous par exemple, le mariage des prêtres et des religieuses est une pratique normale. Car nulle part dans les Saintes écritures, il a été mentionné que les prêtres ne doivent pas se marier. L’interdiction du mariage dans certaines églises a causé plus de tort que de bien. Je veux parler ici de l’homosexualité et de la pédophilie. C’est au tant de choses qui détruisent l’Église catholique romaine. À cela, s’ajoute la pratique de la diaconie des malades. C’est-à-dire que chez nous, nous prenons soins des malades. Je ne pourrai terminer sans vous dire que nous donnons la communion aux deux espèces. Autrement dit, le corps et le sang de Jésus sont donnés tant aux hommes et aux femmes qui ne sont pas mariés à l’Église et aux polygames. Nous célébrons même les mariages des divorcés qui souhaitent se remarier à l’Église.

En tant que haute autorité de l’Église orthodoxe apostolique de France en Afrique centrale, quel comportement les chrétiens devraient adopter après le carême ?

D’emblée, le carême est un point culminant dans toute vie chrétienne. C’est une période très importante dans la foi. Il est nécessaire que le chrétien soit en accord parfait avec le Père. Le jeûne et la prière sont fortement recommandés aux fidèles. Ces pratiques permettent de se purifier afin d’entrer en symbiose avec le Christ ressuscité.

L’allure prise pendant le carême doit être prolongée. Et cela aussi bien longtemps. Et là, ils pourront mener une vie heureuse et voir leurs problèmes trouver des solutions.

Depuis 2010, on observe des créations des maisons de prières et des églises de réveil. Quel est votre regard ou vos avis sur ce phénomène ?

Vu les forces sataniques en présence aux Cameroun, je dirai qu’il n’y a même pas encore d’église. Elles doivent être créées de plus en plus. En vérité, du temps de Jésus Christ, les églises et les maisons de prière proliféraient déjà. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Interrogé par ses disciples au sujet d’un homme qui chassait des démons ; le Christ lui-même leur avait demandé de laisser cet homme. Il serait aussi mieux pour nous de laisser les églises et les maisons de prières se créer. Elles prolifèreront si elles sont de Dieu et disparaitront si elles ne sont pas de Lui.

 Les Camerounais doivent beaucoup prier.

Pourquoi personne ne se plaint des bars et des sectes ? Dans chaque quartier de Yaoundé, il existe au moins 10 bars. Quant au quartier Essos, il est presque impossible de dire avec précision le nombre de circuit de boissons qui existent. En plus, les Camerounais sont victimes chaque jour de sorcellerie et des problèmes magico-mystiques. Il faudrait que des hommes de Dieu exorcisent les Camerounais qui souffrent spirituellement. N’est-il pas écrit dans la bible que la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux ?  Ceux qui se plaignent ; sont les enfants des ténèbres. C’est le feu des prières qui les poussent à se plaindre.

 

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha