AUTOROUTE YAOUNDÉ-NSIMALEN : EXPROPRIATION DES POPULATIONS.

EKÖKÖBÖ 12 Sep 2019 SOCIÉTÉ

Le rôle trouble de Jean Claude TSILA, Administrateur civil principal retraité, chef de 3eme degré dans son village Soa, officier d’état civil, préfet à vie du département du Mfoundi et président de la commission d’indemnisation.

C’est mardi 02 avril 2019, lors de la descente de Ketcha Courtèz, ministre de l’habitat et de l’urbanisme sur le site de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen sis à Ahala à quelques encablures de lycée, que jean Claude Tsila pour ne pas le nommé s’est livré à une séance d’intimidations, d’injures, de sommation à l’endroit des populations autochtones et du chef d’Ahala 2.

En effet, la visite de la ministre Ketcha Courtèz avait pour but de trouver un terrain d’entente sur le grief qui oppose les populations autochtones à la société chinoise en charge de la réalisation du chef d’œuvre. Plus explicitement, les populations autochtones et leur chef demandent à comprendre pourquoi les indemnisations se font à des taux forfaitaires ? Or, les bases avaient été fixées dès le départ. L’on comprend qu’il y a anguille sous roche.

Après le mot de bienvenue de madame Amougou Jeanne Marie, 2 e adjoint au Maire de Yaoundé III, la parole sera finalement donnée au président de la commission d’indemnisation des populations autochtones. Durant son allocution laminaire, ce dernier ne manquera pas de s’insurger contre les populations autochtones et son chef ; allant même jusqu’à le traité de « chef mal élu ». Alors que c’est Jean Claude Tsila qui avait signé l’arrêté préfectoral désignant Philippe Onambélé comme chef de 3 e degré du village Ahala 2. Voilà une affirmation qui vient donner raison à Krotal qui lors de l’installation de sa majesté Philippe Onambélé en 2017 s’était farouchement opposé en criant au vol. Car de l’avis de certains natifs, ce poste revenait de droit à Krotal. Signalons qu’aujourd’hui suite à ce hold-up, le village Ahala 2 est divisé en deux entités distinctes.

N’eut été l’intervention du ministre de l’habitat et de l’urbanisme et les forces de l’ordre, le préfet du Mfoundi qui est en même temps président de la commission d’indemnisation et le chef d’Ahala 2 en venaient aux mains. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

 

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha