CAMEROUN, DOUALA V : LE SDF REDONNE DU SOURIRE AUX MILITANTS.

Jean KACOURT 12 Sep 2019 POLITIQUE

C’était ce dimanche 3 mars 2019, à l’occasion d’une grande conférence historique à l’Institut Privé Polyvalent Fosso, à Bependa Safari, grand fief historique du Sdf dans le 5ème arrondissement de Douala.

Tel un phœnix, le Sdf se réinvente à Douala V. Après la dernière présidentielle mouvementée du 7 octobre 2018, le parti de la balance fait sa mue dans cet arrondissement, bastion du vert et blanc depuis 1992. Et pour le besoin de la cause, c’est la cour de récréation de l’Institut Privé Polyvalent Fosso, qui a accueilli l’ensemble des militants, des cadres du parti des invités et en bonus des chefs traditionnels pour donner leur onction à cet évènement.

D’entrée de jeu, Carlos Ngoualem, le président de la circonscription électorale de Douala 5e, et par ailleurs 6e adjoint au maire du même arrondissement a donné le bien-fondé de cette rencontre. « Il s’agit dans l’ensemble, de la remobilisation des membres à l’heure de la tourmente, se positionner en locomotive politique, car l’adversaire est en face et non derrière », a précisé l’élu municipal. On le sait, à la sortie de la dernière, présidentielle, le Sdf, tel un mauvais disciple a été attaqué et assommé de tous les côtés. C’est donc pour redonner espoir que la conférence est la bienvenue. Et les militants ne sont pas allés du dos de la cuillère, pour dénoncer les tares qui minent le principal parti de l’opposition au Cameroun dans cette commune. Il s’agit entre autres : de l’absence de visibilité des responsables à la base, des frustrations des membres, des élus qui délaissent la population, et de l’absence des comptes rendus. À côté de ces observations, des propositions concrètes ont été faites, comme travailler plus en profondeur pour inonder le terrain, former politiquement et idéologiquement les membres du parti. La question de l’autofinancement du parti n’est pas en reste, il faut que l’argent serve le parti et non les hommes, a-t-on entendu. Il faut aussi pour finir gagner la bataille de l’opinion et celui de la communication.

Prenant la parole en sa qualité du président régional du Sdf pour le Littoral, Jean Michel Nintcheu, a félicité les organisateurs de cette rencontre, non sans manqué de tacler le parti de Paul Biya sur la confiscation des libertés au Cameroun : « nous ne supplions pas le Rdpc, pour jouir de nos libertés ». Avant de lancer aux militants, « il faut être sur le terrain, dans les campagnes de proximités, nous devons communiqués sur les nouveaux militants. Il faut laisser partir ceux donc la conviction est chancelante ». À sa suite, le sénateur Jean Tsomelou, le secrétaire général du Sdf, invité d’honneur de cette grande conférence a salué le dynamisme des populations de Douala 5ème, avant de s’adresser aux militants galvaudés par sa posture de gagnant, « il faut retirer la haine de nos cœurs. La victoire est entre nos mains ». Comme dans une assemblée religieuse, les militants tous galvanisés ont repris, « la victoire est entre nos mains ». Avant de conclure, « La présidentielle est derrière nous, il faut ramener l’ordre et copié l’exemple de Douala 5e ».

À son tour, Carlos Ngoualem, a salué tous les militants qui sont venus dans les coins et recoins de Douala 5e pour la remobilisation du parti. Salut partagé par les militants venus nombreux dans cet arrondissement où, le parti de Fru Ndi, n’a jamais perdu depuis 1992.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha