VOICI LES CONDITIONS DU SDF POUR SA PARTICIPATION AU DIALOGUE.

Marie Serges ZAKOUDA 18 Sep 2019 POLITIQUE

La délégation du SDF, conduite par son premier Vice-président national Hon. Joshua N. Osih, a rencontré le premier ministre, chef du gouvernement, en prélude au dialogue annoncé par le président de la République.

Cette rencontre a permis au SDF d'exposer au Premier ministre pour transmission au chef de l'État, des conditions préliminaires pour sa participation à ce dialogue national inclusif tant attendu.

À cet effet, un accent particulier a été mis sur le fait que ce dialogue annoncé doit profondément satisfaire les aspirations des populations anglophones et le minimum requis pour la tenue de ce dialogue national annoncé a clairement été décliné ainsi qu'il suit:

- Le dialogue national inclusif doit être présidé par une personnalité neutre.

- Ce dialogue doit élucider les racines profondes de la crise anglophone.

-  La forme de l'État doit être inscrite dans l'ordre du jour dès l'entame du dialogue pour débat en plénière en vue de l'adoption d'une nouvelle Constitution pour le Cameroun et ce point doit être prégnant dans l'agenda de ce dialogue national.

- Du fait que ce dialogue national résulte essentiellement de la crise anglophone, les anglophones doivent occuper une place centrale dans les discussions et une pré conférence entre anglophones doit être organisée à cet effet pour éviter les scénarios du référendum de 1972 et de la rencontre tripartite de 1991.

- Les forces de défense et de sécurité ne sauraient faire partie du dialogue national inclusif qui est essentiellement politique.

Pour le SDF, le dialogue national inclusif annoncé ne saurait efficacement prospérer que dans un environnement serein. Ainsi donc comme préalable, il faudrait que :

- La déclaration d'un cessez-le-feu ;

- La garantie d'une amnistie générale pour tous ceux impliqués à quelque niveau que ce soit dans la crise anglophone afin qu'ils participent sans crainte aucune à ce dialogue national inclusif.

« Nous avons favorablement accueilli et apprécié le fait que le Premier ministre nous a fait part de ce que l'ONU et de l'Union africaine et du Commonwealth ont manifesté leur volonté de participer à ce débat national inclusif et nous souhaitons que des pays tels que les USA, la Grande Bretagne et l'Allemagne participent également, comme troisième bloc des pays amis, à ce débat national inclusif. » a déclaré l’honorable Joshua Osih.

Il est important de signaler la délégation du SDF a mentionné que le conducteur de ce débat national inclusif doit être clair sur des points précis notamment :

- Le timing et les différentes séquences qui doivent être consensuels.

- Une définition claire et nette du contenu de ce dialogue national, y compris les structures et les mécanismes mis en place.

- L'assurance que les protagonistes majeurs participeront de bout en bout aux différents processus à savoir la phase préparatoire, le processus de prise de décision ainsi que celle d'implantation sur le terrain des conclusions arrêtées de commun accord à l'issue de ce dialogue. Pour un retour effectif et efficient et durable de la paix dans ces deux régions.

Car jusqu’ici aucune date n’a encore été donnée

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha