ALOYS PARFAIT MBVOUM ; « QUAND ON FAIT LA POLITIQUE, IL FAUT SE SOUMETTRE À LA VOLONTÉ DU PEUPLE. »

Marie Serges ZAKOUDA 18 Sep 2019 POLITIQUE

Lors de la récente élection, le SDF a Obtenu 3%. Pensez-vous que ces résultats reflètent le degré d’estime de votre parti auprès des Camerounais ? A quoi ces résultats sont-ils dus ? Pensez-vous que les camerounais auraient refusé le programme que vous leur proposiez à savoir l’augmentation du SMIG, du salaire et la mise en place du fédéralisme ?

Évidemment que non, cela ne saurait refléter la réalité sur le terrain. Nous sommes allés à cette élection avec un handicap connu. Deux de nos fiefs sont coupés du Reste du pays…Nous avons cru pouvoir ramener le pouvoir de Yaoundé dans le bon sens, en insistant qu’il fasse tout pour arrêter la guerre avant l’élection mais c’était sans compter avec leur cynisme selon laquelle avec cette crise, l’électorat principal SDF est diminué. Ce qui est une bonne chose pour eux. Les résultats qui s’en suivront confirmeront cette hypothèse avec, selon leur chiffre, environ 90% pour le RDPC dans un terrain hostile ou en temps normal ils ne peuvent pas avoir 5%.

Nous pensions aussi à défaut d’arrêter la crise, permettre tout au moins, le vote des déplacés interne. Malheureusement, et une fois de plus, le pouvoir a fait la sourde oreille délaissant des milliers de compatriotes régulièrement inscrits, prives de voter.

Les raisons de ce vote sont à la fois interne au parti et externe

 

Raisons interne.

Le choix relativement tardif de notre porte étendard, moins d’un an avant la présidentielle 2018, ne nous a pas permis de nous épanouir convenablement au cours de cette élection. Nous avons aussi accusé une entrée tardive dans la pré-campagne. Pendant que nos concurrents sillonnaient déjà les villes. En plus de cela, les primaires internes ont laissé beaucoup de séquelles avec des camarades qui n’ont pas toujours accepte que ce soit le Candidat Osih malgré la transparence et l’engouement dans le choix. Ceci a eu pour conséquence, la non implication absolue de certains en idée, en moyens et en matériels au cours de cette Campagne. Enfin, la stratégie de notre candidat n’a pas été bien comprise et bien assimilée par les militants et par les camerounais. Le Budget n’a non plus été conséquent. Douze fois moins que pour les autres collègues de l’opposition. Cela a dédain sur les performances et créé d’inutiles querelles.

Raison externe ; La mauvaise qualité des élections et du code électoral n’est pas de nature à favoriser des résultats acceptes par tous. Le taux d’inscription faible.

La multiplication inexpliquée des bureaux de vote.la composition des membres d’Elecam, tous ou presque membre du RDPC. L’implication des chefs de quartier dans la campagne et le vote du RDPC...LE manque de consensus dans le code électoral…

Il y’a aussi un eu un clivage ethno tribal qui a surpris plus d’un et en premier le SDF qui est un parti politique nationalement bien implante et qui a été un peu été trahis par certains de ses militants qui ont préféré sauver un frère du Village en lieu et place du Parti. Certains de nos camarades présents dans les bureaux de vote ont vote pour un autre candidat qui était proche de leur identité tribale.

En ce qui concerne le programme, je pense à mon humble avis que c’était de loin le meilleur ; malheureusement, les camerounais ne sont pas encore au niveau des programme politique, du moins si on s’en tient aux résultats discutables publies par le Conseil Constitutionnel...il privilégie le paraitre…C’est-à-dire : casquettes, teeshirts, pagnes, parapluie. Le candidat du SDF n’y avait pas mis un point d’honneur en croyant que les propositions les plus utiles seraient les bienvenues… Telle que, la forme de l’État qui est à la source de tous les goulots d’étranglement de la république… Le fédéralisme était et est encore la solution face au centralisme sauvage et inopérant du Pouvoir de Yaoundé. Le centralisme actuel est la source de tous nos problèmes dans les zones anglophones …Il faut passer à une hyper décentralisation qui est le fédéralisme pour rapprocher l’administration des administres… Aucun camerounais conscient ne saurait nier la pertinence de l’augmentation du SMIG au regard des conditions de vie extrêmement difficile et couteuses…Sur ce point, le porte étendard a mis la barre a un niveau important de la vie de la nation ; afin de redonner espoir aux salaries tentes par la corruption et le découragement…

Bien avant l’échéance du 07/18/2018, le front social-démocrate par la voix de son candidat proposait le report des élections et la résolution immédiate de la crise Anglophone ; toutes ces propositions ont été rejetées …Malgré ce refus, le SDF a tout de même participe à cette élection or les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui constituent la base de votre parti sont en guerre…Quelles ont été vos motivations alors que vous partiez perdant ?

Je ne pense pas que ce soit exactement cela, en ce qui concerne votre première affirmation. Néanmoins ce que je peux vous dire est qu’en politique, il n’y a pas que des victoires Il y’a aussi beaucoup de Symbole Bien que nous savions que ce sera difficile, il fallait confondre les détracteurs du SDF tant parmi les extrémistes séparatistes que les extrémistes du gouvernement qui nous voyez chacun dans l’un des camps…Nous sommes un parti républicain, de gauche, attache au fédéralisme. Ne pas prendre part à cette élection, aurait été faire la part belle aux extrémistes qui nous avaient proférés des menaces au cas où nous prenions part …Participer à cette élection était couper court aux rumeurs entretenues  par le pouvoir de Yaoundé qui nous assimilaient volontairement aux Sécessionnistes…Nous savions que cette élection serait difficile ; Surtout face à la division du pays et a l’intransigeance du pouvoir de Yaoundé, dont le seul rêve est de mourir au pouvoir, même au prix de tous les Camerounais…

Au Sujet de la crise Anglophone

Si le pouvoir de Yaoundé nous avait écoutés dès le départ, nous n’en serions pas là ! Voyant le drame arriver, Nous avons très tôt interpelé le gouvernement à travers des correspondances, des marches pacifiques des élus à Bamenda puis à BUEA, DES DENONCIATIONS ET DES PRISES DE PAROLES FORTES ET PUBLIQUE comme l’intervention du Chairman Ni John Ndi, en direct de la CRTV, au palais de l’unité en janvier 2017 après le sacre des lions. Comment oublier les mouvements de nos députés et sénateurs au Parlement. Il me souvient t aussi que, dans le Centre, il y’a un an, le SDF a défilé torse nu au boulevard, le 20 Mai. Une fois de plus, cette crise a fait trop de mal à notre pays : plus de 500 milliard en fumée, près de 700 civils tues, un peu plus deux cents soldats perdus. Une économie a genou. Le pouvoir de YAOUNDE DOIT se ressaisir rapidement en acceptant enfin un Dialogue intégrale et sans exclusion, une libération des prisonniers de guerre… On sait quand une guerre commence mais il est difficile d’en prévoir et les conséquences et les victimes. Le SDF pour sa part est disposé, comme d’habitude, à apporter sa contribution pour que le Cameroun retrouve sa normalité qu’il n’aurait jamais dû perdre. En ce qui concerne l’aide au Camerounais en détresse, elle est diversifiée et commence par une aide psychologique qui consiste à prendre ce problème à bras le corps à travers nos différentes prises de positions, interventions, lobbying afin que cette guerre s’arrête. C’est aussi l’assistance individuelle et collective que nous militants apportent aux déplacés de guerre, en les accueillant dans des domiciles, à travers des soins médicaux, des études scolaires, des vêtements, etc. Il faut rappeler le gouvernement Camerounais nous a empêchés d’aller soutenir les refugies au Nigeria, alors que les Militants et sympathisants du SDF avaient déjà mobilisé des fonds et du matériel en grande quantiste pour nos frères en souffrance de ce côté.

 

Monsieur le Vice –Président, c’est connu de tous. Au Cameroun que l’année 2019 sera marquée par les élections Régionales, Municipales et législatives. En tant que Vice-Président Régional-SDF Centre, seriez-vous Candidat ? Si Oui ; laquelle ? Et qu’est-ce qui vous motive ?

Oui ! Je fais la politique. Et, quand on la fait, c’est pour se soumettre au verdict du peuple. Je serais candidat   au conseil municipal de Yaoundé 4 et à la députation dans le Mfoundi…Jai une vision, un rêve. Je dois le réaliser ! Et plus j’aurai des responsabilités électives nationales- Plus je pourrais aller plus loin dans le parti- Je suis en ce moment sur le terrain par rapport à cette élection même si je doute fort qu’elle soit organisée cette année dans le contexte politique actuel.

Il faut une nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques dans les conseils municipaux et au parlement pour faire bouger les lignes… J’ai la prétention d’en faire partie.

Finissons en actualité si vous le voulez bien. Plusieurs figures de l’opposition camerounaise ont été mises aux arrêts en l’occurrence Maurice Kamto et ses partisans. Quel regard portez-vs a ces arrestations ? Le SDF craint-il pour ces militants ?

D’emblée, c’est une situation que nous déplorons et condamnons avec la dernière énergie. C’est un recul des acquis des années 90 pour lesquels le SDF et plusieurs figures se sont battus. Il est impensable que trente ans après, que des opposants soient interpelés pour leurs Opinions. Le SDF a demandé à travers sa hiérarchie, la libération sans condition de ces acteurs. D’ailleurs dans une dictature comme celle-ci, aucun n’opposant ne devrait se réjouir des malheurs qui frappent d’autres. A la question de savoir si le SDF craint [pour ses militants…Je suis péremptoire. Non ! Mais craint plutôt pour le recul démocratique et la réinstauration d’une dictature violente, sans bornes et sans limites…Les militants du SDF sont courageux et prêts à affronter toute sorte d’adversité…D’ailleurs, les prochains jours pourraient ne pas être de tout repos.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha