YANNICK AYISSI, UN HOMME DISCRET ET DYNAMIQUE QUI IMPLEMENTE L’IMAGE D’UNE JEUNESSE CAMEROUNAISE AMBITIEUSE.

Marie Serges ZAKOUDA 18 Sep 2019 POLITIQUE

« La jeunesse est le fer de lance de la nation », voilà un adage qui sied bien au nouveau maire de Yaoundé II, Yannick Martial Ayissi Eloundou pour ne pas le nommer. Pour certains, sa candidature s’inspirait de « l’effet Macron » qui comme on le sait ; est le nouvel homme fort de la France et le grand héritier de la France-Afrique. Pour d’autres, c’est l’érection de la jeunesse camerounaise.

Son élection à la commune d’arrondissement de Yaoundé tient du fait qu’il est un jeune dynamique. Inspecteur des régies finances et Chef service du budget de fonctionnement au ministère des enseignements secondaires, Yannick Ayissi a remporté haut la main le siège de l’exécutif communal au terme d’une élection organisée lors d’une session extraordinaire du conseil municipal de cette communie d’arrondissement. C’est donc avec un total 21 contre 16 voix pour son principal challenger Achille Alphone Atanga.

Son arrivée à cet exécutif communal témoigne à suffisance qu’il y a un vent de changement qui souffle au Cameroun. Car, dans le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), ce sont les ainés qui dictent la loi et imposent leur volonté à tous. On se souvient du parcours plein d’embuches qu’a connu l’actuel maire de Yaoundé II, Yoki Onana. En effet, Tsimi Evouna, trésorier et coordonnateur des activités Rdpc dans le Mfoundi, avait voulu imposé Madame Effa comme Maire pour la simple raison que selon lui Yoki Onana est très jeune et qu’il devrait laisser sa mère gérer ; ensuite, ce sera son tour. L’actuel délégué du gouvernement avait usé de tous les moyens possibles pour discréditer le candidat ayant fait l’unanimité auprès des conseillers municipaux appelés aux urnes. N’eut été la discrétion, le charisme de Yoki Onana et l’intervention de certains leaders du Mfoundi comme Philippe Mbarga Mboa et Laurent Etoundi Ngoa que le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, René Emmanuel Sadi a validé son élection en tant maire légitime de Yaoundé VI. Telle est le sort réservé à la jeunesse camerounaise.

À cet effet, le travail de Yannick Ayissi à l’exécutif de Yaoundé II ne sera pas un long fleuve tranquille mais un périple plein d’obstacles. D’ailleurs, le 21 février 2019, son bureau a été cambriolé et saccagé par des individus fortement armés qui ont détruit des documents et emporter d’autres y compris des objets précieux. C’est surement une mise à l’épreuve. Nous ne pouvons que souhaiter bon vent à ce brave travailleur et honnête patriote car la tache se veut ardue et compliquée. Pour la simple raison que ce Yannick Ayissi implémente et doit continuer à implémenter l’image d’une jeunesse camerounaise ambitieuse. En vérité, la politique ne doit plus être considérée comme une affaire de personnes âgées mais pour les jeunes.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha