QUE RETENIR DE L’ABBE PIERRE MVIENA, CE VRAI HOMME ET CE VRAI PRETRE.

Marie Serges ZAKOUDA 18 Sep 2019 SOCIÉTÉ

1988 à 2019, voilà bientôt 31 ans que l’abbé Pierre Mviena passait de vie à trépas.

Trente-un ans après sa mort les populations qui l’ont connu se souviennent encore de ce génie qui fut le précurseur et l’apôtre de l’amour envers son prochain. La serviabilité aura été le leitmotiv qui dirigea son existence. Il n’a ménagé aucun effort pour être au service de sa famille en étant à l’écoute, son village en construisant une mission catholique et son pays en œuvrant comme membre du conseil d’administration à la Cnps et comme conseiller municipal de la ville de Yaoundé. Son majeur souci a été de faire découvrir le christianisme aux Africains comme le ciment de tout ce qui est bon, vrai, humain et accomplir toutes les valeurs reconnues authentiques. C’est pour cette raison qu’il a mis un point d’honneur à vouloir unir la culture à la religion, les pratiques ancestrales aux pratiques modernes et les peuples Beti entre eux au sein de l’Église de Dieu. Qui a été cet abbé Pierre Mviena ? Quelles ont été ses œuvres ?

Né à Ahala le 08 juin 1915 de l’union sacrée de Jean-Simon Obama Ongola, chef de village et de Thérèse Nganti, l’abbé Pierre Mviena fait ses études au petit séminaire saint joseph d’Akono puis au grand séminaire Saint Laurent de Mvolyé. C’est en 1941 qu’il est ordonné prêtre. Il va occuper plusieurs postes dans l’exercice de son ministère pastoral dont la plus mémorable et remarquable reste son affectation à la mission catholique d’Atega comme vicaire de l’abbé joseph Ndzinga qui deviendra plus tard son plus grand ami.  Après avoir servi comme directeur diocésain de l’enseignement catholique à Yaoundé pendant plus de 20 ans, il est envoyé aux études en Europe où il obtient une licence en pédagogie et un doctorat en théologie. C’est ainsi qu’il devient le 2 ème docteur en théologie du clergé après Jean Zoa. L’homme de culture et de sciences, ce digne fils d’Ahala a commis un livre intitulé : « univers culturel et religieux du peuple Beti ». Dans ce chef d’œuvre artistique, il fait une parfaite description de ce qu’est l’homme Beti. L’abbé Pierre Mviena a fait donc parti de cette génération de prêtres qui ont été confrontés aux crises de la 1ere évangélisation de l’Afrique noire.

Par ses œuvres pastorales et sociales comme la construction de l’église de Tala, la fondation de l’association traditionnelle et apostolique des Betis (Kolo Beti), la construction de paroisse Sainte Thérèse d’Ahala, la création du collège d’enseignement général et technique Obam Ongola et de l’école maternelle et primaire Sainte Thérèse d’Ahala et la restauration de la maison saint Laurent de Mvolyé. Ses pairs n’ont pas manqué de le qualifier de vrai homme et de vrai prêtre.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha