AFFAIRE MEBE NGO’O : IL FALLAIT S’Y ATTENDRE.

Marie Serges ZAKOUDA 18 Sep 2019 SOCIÉTÉ

Les camerounais ne devraient pas être étonnés par l’arrestation de celui que l’on présentait comme celui-là qui succèderait à coup sûr à Paul Biya. Sa nomination à de hauts postes de responsabilité présageait qu’il échouerait à la 11ème province.

D’emblée son arrestation et incarcération a fait et continue à faire couler beaucoup d’encre et de salive ; allant parfois à alimenter les débats dans les chaumières. C’est une situation qui prouve que la société camerounaise adore les scandales. Quoi qu’il en soit, la chute de Mebe Ngo’o était prévisible. C’est une évidence. Tout commence par la relation que les parents de Mebe Ngo’o et Paul Biya entretenaient. Biya Bi Mvondo et Ngo’o Mebe étaient très amis. Raison pour laquelle Paul Biya enfant et la maison de ses parents très éloignée de la mission où se trouvait l’école, était contraint d’habiter chez les Ngo’o Mebe pour réduire le trajet de l’école et suivre attentivement les cours. Quelques années plus tard, devenu un homme d’état Ngo’o Mebe n’a pas hésité de confier son fils Mebe Ngo’o à Paul Biya pour qu’il prenne soin de lui en guise de remerciement. C’est ainsi que pendant de nombreuses années, Mebe Ngo’o va habiter à la résidence de Paul Biya à Bastos.

Paul Biya, soucieux de tenir à ses engagements familiaux va installer son fils, Mebe Ngo’o à la mangeoire en le nommant tour à tour à des postes de responsabilité. Imbu de sa personne comme tous les Betis, Mebe Ngo’o n’a pas hésité à s’enrichir personnellement au détriment du peuple camerounais. Ces différentes nominations aux postes de directeur du cabinet à la présidence, de ministre à la défense et de ministre de transport avaient pour seul objet les remerciements de Paul Biya à la famille de Ngo’o Mebe. C’est une aberration quand on sait que le poste de ministre est une nomination politique. Il faut être un homme du peuple pour espérer être nommé. Mais hélas… tout semble donner raison au professeur Charlemagne Messanga Nyamding qui pense que les nominations au poste de ministre au Cameroun font face à un problème de casting. Comment comprendre qu’en 36 ans de règne, tous les ministres nommés par Paul Biya sont en prison pour détournement de deniers publics. Les arrestations et incarcérations obtenues par l’opération épervier n’inquiètent personne. Qu’est ce qui fait problème ? Les Camerounais seraient-ils mués par un esprit de kleptomanie ?

Si les nominations au poste de ministre obéissaient à certaines normes comme dans d’autres pays. La situation de notre pays serait tout autre. Il est difficile de penser qu’un homme du peuple puisse surfacturer l’État, détourner autant d’argent pour lui seul alors qu’à quelques encablures de sa résidence des Camerounais vivent dans la misère et conduire les Camerounais à la mort. Mebe Ngo’o, durant le temps qu’il était ministre de la défense a non seulement surfacturé les équipements militaires, détourné les primes des soldats révoqués et acheté des armes de mauvaises qualité ce qui a donné l’opportunité à la secte islamique Boko Haram de sévir dans la région de l’Extrême Nord. On se souvient que le lieutenant-colonel Mboutou, l’homme de main de Mebe Ngo’o avait été arrêté à Roissy-Charles-De Gaulle avec une mallette pleine de billet de banque et qui appartenait aux dires du mis en cause au ministre Mebe Ngo’o et était destinée à l’acquisition d’un bien immobilier. Interpellé, le lieutenant-colonel Mboutou déclarait : « Je ne vais pas mourir seul, par ce que je ne suis pas seul à avoir porté l’argent du ministre Mebe Ngo’o »

De tels comportements ne devraient pas seulement être condamnés par la loi mais des mesures doivent être prises pour les éviter. Pour ce faire, il faudrait que les critères de nomination au poste de ministre doivent obéir à un certain nombre de critères et changer le système en vigueur. Ce système semble être mauvais et fertile à tout genre de détournement. Vivement que ça change. Car le peuple Camerounais souffre dans sa chair.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha