JULES BRICE NGABA, DP DES JOURNAUX LE QUOTIDIEN ET LE PÉLICAN PRÉSIDENT DE L’ACR ET SG DE L'AJPC  MET M.TCHOUWA A SA PLACE.

Jules Brice NGABA 08 Apr 2020 SOCIÉTÉ

De quel professionnalisme parlez-vous M.Tchouwa? Vous signez un pamphlet qui ne relève que de votre imagination et cache à peine votre appréciation de l'action gouvernementale. Y'a-t-il eu une assemblée générale extraordinaire ou une simple réunion de votre syndicat qui a abouti à cette résolution ? J’en doute. Êtes-vous sûr que ce qui est couché dans votre communiqué est approuvé par 60% de vos syndiqués ?

Sachez que votre posture de président ne vous donne pas la latitude d'engager le syndicat que vous dirigez dans des combats et luttes x ou y sans consulter au préalable les membres de votre syndicat et recueillir leurs différents avis et positions. S’il est avéré que cette arrestation qui respecte les normes est le fruit d'un travail bien accompli de nos services d'intelligence, services d'intelligence qui en réalité appartiennent au gouvernement, alors il serait surprenant de savoir que cette correspondance émane de vous qui prétendez être proche du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi. Au nom de cette « amitié » ou cette « proximité » avec l'actuel Mincom, que vous brandissez partout, vous pouvez vous permettre de squatter au cabinet de celui-ci. Cette présence d'un intrus envahissant que vous êtes gêne plus d'un personnel de ce département ministériel qui ne comprend même pas que le Ministre Sadi vous consulte et vous confie même les dossiers de certains confrères.

Qui êtes-vous M.Tchouwa pour parler de liberté de la presse dans un pays qui vous a tout donné y compris la possibilité d'être journaliste. Reste à savoir si vous avez personnellement le niveau intellectuel de vous prévaloir de ce titre qui en réalité est dédié aux hommes et femmes qui en ont le profil. Heureusement vous êtes Directeur de publication un titre que même les pousseurs et éboueurs peuvent avoir au Cameroun dès lors qu’il se conforme à la loi de 1990 sur la Communication sociale au Cameroun.

Rassurez-vous, le travail que nous avons abattu en 2012 au cours des états généraux de la communication, permettra de faire à la longue un tri entre le bon grain et l'ivraie.

Articles Similaires

Commentaires

    Debut Fin

    Laissez un Commentaire

    captcha